La valeur du travail domestique

Qu’est-ce que le travail domestique ? Quelle valeur accordons-nous au travail domestique? Quelle considération avons-nous pour les personnes qui s’y dédient exclusivement ? Notre société y donne-t-elle une certaine importance ? La réponse à ces préoccupations nous permettra de comprendre l’auto-estime des personnes qui sont chargées de ces charges dans nos foyers.

0
454
Quelle valeur accordons-nous au travail domestique dans nos societés?

Le travail domestique est l’activité nécessaire au déroulement du quotidien et accomplit dans le cadre familial. C’est la cuisine, les soins et la surveillance des enfants, le nettoyage de la maison, la vaisselle, la lessive, le gardiennage …

Ce travail est indispensable au bien-être familial et à la reproduction de notre société. Et pourtant, il est considéré avec dédain par tous.

credit photo ( Travel)

On traite avec moins d’égards la dame qui se présente comme ménagère que celle qui se présente comme avocate ou directrice. Les hommes considèrent que leur femme, qui consacre toute sa vie à s’occuper d’eux et de leur progéniture, n’apporte rien à la survie du ménage. Pourtant ils sont dans tous leurs états lorsque, revenus du travail, ils ne trouvent pas la table prête.

Le travail domestique n’est pas valorisé ,même par ceux qui en sont les premiers bénéficiaires. Il semble donc normal qu’il soit considéré comme une activité « indigne » dans notre société.C’est pourquoi il ne sera jamais un métier recherché pour faire une carrière et s’assumer socialement.

Selon la note d’information n°3 du Bureau International du Travail de 2009 sur la travail domestique, « ces travailleurs sont souvent issus de communautés qui ont toujours été défavorisées et méprisées, comme les groupes ethniques minoritaires, les peuples indigènes, les individus appartenant à des castes inférieures ou à des groupes ruraux ou urbains à faible revenu, ou bien ce sont des migrants.

Ils sont donc particulièrement vulnérables à la discrimination en ce qui concerne les conditions d’emploi et de travail ». La plupart de ces travailleurs sont analphabètes. Le traitement qu’ils subissent ne les valorise pas non plus.

credit photo ( thought leader)

Certains de ces travailleurs subissent divers sévices. Ils (principalement les femmes) sont battus, insultés à longueur de journée et même violés. Leur « travail » est sous-évalué, sous-payé, non protégé et peu réglementé. Leur auto-estime en prend un coup. On vient donc presque toujours à ce type de travail faute de mieux, par dépit, pour un moment. Ces personnes sont recrutées dans des agences de placement illégales sous des arbres dans nos quartiers ou par connaissance interposée.

Résultat, nous avons souvent affaire à des travailleurs peu motivés, qui maltraitent les enfants, volent les biens de leurs employeurs, acceptent les avances sexuelles de la patronne ou du patron …  On ne peut compter sur leur loyauté car ils disparaissent du jour au lendemain sans crier gare, au moment où on s’y attend le moins ; au moment où on a le plus besoin d’eux. Cela arrive même, lorsqu’on croit avoir établi d’excellents rapports. Voici le constat général, qui ressort de nos différents échanges.

Et pourtant ce travail est essentiel pour la bonne marche de nos ménages. Aujourd’hui, dans nos sociétés, l’épouse n’est plus dédiée exclusivement aux tâches ménagères. La vie étant devenue trop chère,  un seul salaire ne suffit plus aux charges de la famille. Que faire ?

Commençons par jeter un autre regard sur le travail domestique et nous continuerons le débat.

Ulrich DJE

Administrateur Principal du Travail et des Lois Sociales

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here